La vie est trop courte pour ne pas boire de Troplong

Le 25 janvier dernier, les étudiants du Master 2 Droit de la Vigne et du Vin de l’Université de Bordeaux ont eu la chance de visiter le Château Troplong Mondot à Saint-Emilion. En voici l’essentiel.

L’ascension d’un domaine vers l’exception

L’histoire du Château Troplong Mondot est rythmée. Depuis le XVIIIème siècle, quatre familles ont participé à sa construction : les Sèze, les Troplong, les Valette et tout récemment les De Gironde. 

L’édification du château est due à l’abbé Raymond de Sèze en 1745. A cette époque, il comptait déjà parmi les grands vins de Saint-Emilion. S’en suivent de nombreuses innovations, notamment par la famille Troplong qui va grandement participer à l’augmentation de la superficie du domaine, et ainsi associer son nom à celui de Mondot. Arrivera la vente du château à la famille Valette.

En 2006, le château Troplong Mondot se glisse dans le Classement de Saint-Emilion comme 1er Grand Cru Classé B. Christine Valette, ancienne propriétaire du domaine a été une visionnaire. En 2007, elle travaillera avec un groupe d’ingénieurs sur l’étude des sols de sa propriété ainsi que sur les cépages qui y sont associés. Elle étudiera, avec eux, les différents assemblages pour inclure, sur l’exploitation, le Cabernet Sauvignon.

Enfin, la propriété a été rachetée en 2017 par Denis Kessler, Aymeric de Gironde deviendra Président du directoire. 

Une localisation exceptionnelle

L’arrivée sur les lieux est subjuguante : un panorama fantastique, des vignes à perte de vue. Les quelques quarante trois hectares du vignobles à l’horizon, nous nous trouvons sur cette petite colline, à 110 mètres d’altitude, au point culminant de l’appellation. 

L’exposition des vignes est parfaite sur trois versants, un drainage naturel, tout est réuni pour un vin d’exception. 

La complexité ? Les parcelles représentent à elles seules trois sols avec des maturités différentes, différentes expositions, ainsi que trois cépages. Ici, on retrouvera principalement du merlot, à 85%, du cabernet sauvignon, à 13%, ainsi que du cabernet franc, à 12%. 

Une viticulture raisonnée, gage de qualité 

« Nous ne sommes ni bio ni raisonné, nous sommes raisonnables ». 

Au château Troplong-Mondot, l’objectif est simple : concevoir un environnement de qualité, et que cela dure. Les efforts ne sont pas des moindres. Entre le défi de préserver la biodiversité sur le domaine et un engagement durable, le château Troplong-mondot se dotera de la Haute Valeur Environnementale. En plus de cela, pas de désherbage des sols et des chevaux, un par parcelle, remplacent les tracteurs. 

Dégustation

A la suite de cette visite, nous avons eu la chance de déguster Le Mondot, 2018,  second vin crée en 2015, 100% Merlot, et Château Troplong Mondot, 2015. 

Pour le premier, nous retiendrons, au nez la rose et les épices, et en bouche une texture élégante et des notes de caramel et de noix. 

Pour le second, des notes de pin, ambre, et chèvrefeuille. En bouche, des notes chaudes et solaires. Pour beaucoup, le coup de coeur. 

Un château à la pointe de l’oenotourisme 

Du restaurant « les belles perdrix », en passant par sa terrasse et ses chambres d’hôtes, Troplong-Mondot met la barre haute au niveau oenotouristique. 

« Les belles perdrix », c’est un restaurant gastronomique à l’étoile Michelin. Un lieu exceptionnel qui offre une cuisine raffinée et un plan d’ensemble sur le domaine viticole. Le chef du restaurant, David Charrier, en recherche perpétuelle de qualité, a élaboré son propre potager. Pas de question à se poser quant à l’origine des produits. Ceux-ci viennent directement de ce potager en permaculture aux pieds de propriété, ou de fournisseurs locaux, exclusivement. La recherche de la qualité et l’exigence font les armes de Troplong-Mondot. 

Ses chambres d’hôtes, qu’il est possible de privatiser, offrent une vue à couper le souffle sur une partie de l’appellation. 

Les étudiants du Master 2 Droit de la Vigne et du Vin remercient chaleureusement le Château Troplong Mondot pour son accueil. 

Auteur: Alix Drounau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *