Le Domaine de Mahitasoa – Au coeur du vignoble malgache

16 mai 2019

Master 2 Droit Vigne et Vin 35ème Promo 2018-2019

 

  • Nom du domaine : Le Domaine de Mahitasoa
  • Localisation : Madagascar – région Haute Matsiatra

 

 

 

Découvrons aujourd’hui le domaine de Mahitasoa, situé aux abords de la ville de Fianarantsoa à Madagascar.

Ce domaine de 22 hectares, dont 9 de plantations fait la fierté de la compagnie VIDZAR, également productrice des rhums Dzama.

Dirigé par Monsieur Razafimamonjy Velonkaja (première photo ci-dessous), responsable du domaine, et Ranaivoarovelo Farafenosoac Franck Noël (seconde photo ci-dessous), œnologue, ce domaine permet en plus d’abriter un écosystème impressionnant, de proposer des produits de qualité, riches de leur typicité locale.

 

 

 

Si le vignoble ne ressemble en rien aux domaines bordelais ou bourguignons que nous connaissons, il propose à ses visiteurs, par son implantation au sein d’une vallée rocheuse, une vue exceptionnelle et une immersion au cœur d’une partie des plus beaux paysages malgaches.

 

 

Le domaine de Mahitasoa est composé de 18 parcelles, dont deux destinées à la production de vin et de portos rouges.

 

 

Les cépages utilisés au sein de ce vignoble sont, pour le rouge, Seyve-villard et petit Bouchet, et pour le blanc, Couderc.

Le choix de ces cépages, typiques de Madagascar, a été fait en raison de la nécessité de s’adapter à des
conditions climatiques capricieuses et bien différentes de celles de nos régions viticoles françaises.

En effet, les saisons étant inversées, les raisins arrivent à maturité mi-février, la taille se fait au mois
d’août et le débourrement début septembre.

 

 

Le domaine propose actuellement deux produits issus de longs travaux de recherche et de perfectionnement.

 

 

Tout d’abord, le “Rubis Rouge”, ce vin rouge issu d’un assemblage de 50% de Seyve-Villard et 50% de
Petit Bouchet représente ce qui se fait de mieux à Madagascar.

La particularité de ce vin est qu’il est issu de vendanges tardives, la décision d’avoir recours à ce procédé, peu commun pour du raisin rouge, sert à l’obtention de raisins avec une forte concentration en sucre et permet d’éviter d’avoir recours à la chaptalisation, et ce afin d’obtenir un taux d’alcool suffisament élevé, 12°, comparé à d’autres vins de Madagascar. 25 % de la production sera ensuite élevée en fût de chêne afin d’apporter une légère note boisée tout en restant subtile.

Le résultat de ce processus laisse place à un vin léger et sucré tout en étant suffisamment élaboré pour attiser les papilles des amateurs.
Ce vin s’adapte donc parfaitement à la culture malgache, qui recherche de la fraîcheur, de la douceur et ce fameux caractère “mamy” ou sucré, si cher aux habitants de l’île rouge.

 

 

Vient ensuite le Piloboka. Cet apéritif, issu d’un mélange de moût de raisin associé à du jus de canne
distillé, offre une expérience organoleptique hors du commun.

Là encore le choix des vendanges tardives se fait sentir, et la puissance d’arôme de miel qu’apporte le
Couderc est renforcée aussi bien par le jus de canne à sucre que par l’élevage en fût qui lui apportera la complexité qui viendra perfectionner ce caractère intense et sucré qui représente parfaitement le potentiel de ce domaine.

Cet apéritif à 18° se déguste aussi bien seul avec de la glace pilée, qu’en cocktail ou associé à des
desserts.

Bien que les vignes du domaine de Mahitasoa soient épargnées par le gel, elles doivent toutefois faire face à de nombreuses menaces et contraintes.
Un problème que l’on retrouve également dans nos vignobles est tout d’abord le mildiou.
Il semblerait que ce parasite coriace ait réussi à traverser les mers pour s’attaquer aux vignes de l’île.
Toutefois, les vignes Malgaches subissent également les contraintes et attaques locales.

De la taille jusqu’aux vendanges, en passant par la protection des vignes, tout est fait manuellement, afin d’avoir recours le moins possible aux machines.

La pauvreté des sols oblige à nourrir ce dernier avec du fumier de Zébu tous les 3 ans, le labourage se fait également à l’aide de chariots à Zébu.

 

 

Si les vignes du domaine de Mahitasoa sont à l’abri du grappillage, l’un des fléaux majeur et redoutable prédateur de ces dernières est le grillon.

 

 

En effet ce dernier, friand de ses bourgeons naissant, élit domicile à l’intérieur de l’écorce même des
vignes en attendant la pousse de son repas favoris.

 

 

La “chasse” aux grillons se fait donc manuellement, afin de ne pas recourir aux pesticides et de préserver les sols d’intrants nocifs.

 

 

 

L’autre prédateur est le martin-pêcheur. Amateur des raisins bien mûrs et gorgés de sucres, il est mis en fuite à coups de fouet destiné à imiter le bruit des fusils.
Plus sportive que la mise en place d’un épouvantail, cette technique à au moins le mérite de porter (et
préserver) ses fruits.

Le domaine de Mahitasoa vous offrira donc, en plus d’un cadre exceptionnelle et d’une agréable balade au cœur de ses jeunes vignes (25 ans en moyenne) des produits qualitatifs et uniques, à l’image de l’île de Madagascar.

 

 

Barnabé Le Caignard.

Un commentaire

  1. Super article et très belles photos.
    Merci à Barnabé de nous faire découvrir cet aspect méconnu de Madagascar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *