Château Margaux – Cinq siècles d’Histoire au service d’un somptueux terroir et de brillants vins

Date de la visite : 22 janvier 2019

Master 2 Droit de la vigne et du Vin, 35ème promo 2018 – 2019

 

Nom du château : Château Margaux
Localisation : Margaux
Appellation : AOC Margaux

 

 

Propriété de la famille Mentzelopoulos, le Château Margaux, situé à sur la commune du même nom, au cœur de l’appellation Margaux est un des cinq Château classé 1er Grand Cru Classé au classement de 1855.

Connu dès le XIIème siècle, l’actuel Château Margaux s’appelait « la Mothe de Margaux » et ne possédait pas encore de vignes. Il faudra attendre l’arrivée de la famille de Lestonnac pour voir naître un véritable domaine viticole. Au XVIème siècle Pierre de Lestonnac restructura complètement la propriété, parallèlement à l’évolution générale du Médoc qui abandonna alors les céréales au profit de la vigne.

En 1801, le Marquis de la Colonilla acquiert le domaine et juge que le manoir existant n’est pas digne de la renommée de son vignoble. Louis Combes, architecte bordelais, construit, à la demande du Marquis, la demeure au style néo-palladien que nous connaissons aujourd’hui. Il disposa également, de part et d’autre du Château, des bâtiments nécessaires à la production d’un des meilleurs vins du monde.

Devenue propriété d’un banquier puis du comte Pillet-Will, pendant plusieurs décennies, le domaine fût vendu, en 1977, par les Ginestet, à André Mentzelopoulos.

L’homme d’affaire grec, en véritable visionnaire, investit sans relâche dans la reconstitution architecturale et viticole du domaine permettant au terroir d’exprimer ses meilleurs atouts et de sublimer les fabuleuses qualités de ses vins mondialement connus. Aujourd’hui, propriété de sa flle, Corinne Mentzlopoulos, le Château Margaux excelle par l’immensité de son vignoble, la modernité de ses chais rénovés en 2015 par Norman Foester, et l’excellence de ses vins.

 

 

Fort de ses 262 hectares composés principalement de graves garonnaise et d’argile, le vignoble du Château Margaux est composé de Cabernet Sauvignon, Merlot, Petit Verdot et Cabernet Franc pour que les rouges, ainsi que de Sauvignon Blanc pour l’unique vin blanc. Le Château produit trois vins rouge, le classique et brillant Château Margaux, l’élégant Pavillon Rouge et l’audacieux Margaux du Château Margaux. Un quatrième vin rouge est également vendu en vrac à quelques négociants bordelais. Quant à l’unique vin Blanc, il s’agit du Pavillon Blanc.

 

 

Notre matinée a débuté par la visite de l’impressionnant cuvier composé d’une centaine de cuves bois et inox permettant à l’équipe technique de vinifier séparément les différentes parcelles afin d’extraire le meilleur du potentiel des terroirs du Château Margaux. Pour les vins rouges les fermentations alcooliques et malolactiques s’effectuent en cuve. Pour le blanc, la fermentation alcoolique s’effectue en barrique.

 

 

La suite de la visite s’est déroulée au sein des deux chais présents à Château Margaux. Les vins rouges sont élevés entre 18 à 24 mois en barriques neuves de chêne et le vin blanc entre 6 à 8 mois en barriques de chêne.

 

 

Notre matinée s’est poursuivie par la visite de la tonnellerie intégrée au Château. Nous avons pu admirer le travail précis et méticuleux du tonnelier présent sur les lieux. À raison de trois barriques assemblées quotidiennement, Château Margaux s’approvisionne également auprès de six grandes tonnelleries bordelaises ou cognaçaises.

 

 

La visite s’est terminée par une dégustation face à la vinothèque souterraine achevée en 2015 par l’architecte Norman Foster. Nous avons déguster deux vins : un Pavillon Rouge de 2009 et un Margaux du Château Margaux de 2011. Le Pavillon Rouge nous a séduit quant à ses notes florales et de fruits noirs ainsi que ses tannins explosifs mais bien cadrés. Le Margaux du Château Margaux nous a conquis par ses arômes de fruits rouges et de réglisse, sa fraicheur et ses tannins serrés.

 

 

L’ensemble de la promotion souhaite vivement remercier le Château Margaux pour leur accueil et la transmission de leur savoir-faire.

 

 

Lorène Babin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *